Emprunt sans apport : mode d’emploi

L’apport est un élément clé dans l’obtention d’un crédit immobilier à en croire les banquiers, cependant ce n’est pas forcément un critère indispensable, voici comment obtenir son crédit maison sans toucher à son épargne.

Apport personnel et crédit : des inséparables ?

L’apport est une somme personnelle que l’on ajoute à un crédit pour gonfler le montant du financement et obtenir des conditions de prêts avantageuses, notamment un taux d’intérêt plus faible. Seulement, tous les emprunteurs n’ont pas la capacité de placer de l’argent chaque mois et d’autres n’ont pas la volonté de toucher à leurs précieux euros, préservés pour d’autres projets (vacances, loisirs, auto).

L’apport est cependant pour les prêteurs (banques et organismes de crédit) un critère fondamental afin d’accorder aux ménages le financement de leur projet immobilier, que ce soit dans un premier achat ou dans une seconde acquisition. Certains estiment également que l’obtention du crédit est conditionnée par la présence d’un apport, ce qui refoule automatiquement les projets des emprunteurs.

Cela dit, l’apport peut être dissocié d’un crédit immobilier, il suffit de confier son projet à un établissement de crédit spécialisé dans les financements sans apports, des prêteurs qui accordent leurs confiances en fonction du profil de l’emprunteur.

L’étude de faisabilité d’un prêt sans apport

Obtenir un crédit immobilier sans apport n’est pas un rêve, c’est bien une réalité. Il n’y a pas de solution miracle, tout simplement des banques et des établissements financiers qui étudient les demandes d’emprunts immobiliers en se basant essentiellement sur la situation du ménage. En effet, certains établissements appliquent des politiques commerciales de conquêtes de clientèles et s’accordent à prêter aux emprunteurs sans apport, ce qui leur permet de trouver des offres de financements sur mesure.

La domiciliation bancaire, l’assurance emprunteur ou encore la perspective de rapatrier divers comptes bancaires restent des arguments à faire valoir et qui ont une oreille attentive chez ces établissements financiers. Ces derniers vont étudier le profil emprunteur et proposer des contreparties, qui permettent à la banque de s’y retrouver mais aussi au ménage puisque ce dernier peut financer son achat immobilier sans avoir à verser le moindre euro. Une étude comparative est cependant nécessaire pour effectuer un tour d’horizon des prêteurs et des offres en cours.

Le financement à 110%

L’apport permet dans un projet immobilier de régler une partie des frais liés à l’acquisition immobilière, que ce soit pour un achat dans l’ancien comme une construction. Pour une construction, il faut bien souvent régler l’achat du terrain en premier, ce qui entraine des frais d’hypothèque ou de cautionnement et donc des frais à rembourser rapidement chez le notaire. Pour l’ancien, le principe est le même mais sur le coût total du bien immobilier, ils peuvent atteindre jusque 5% voire 6% du montant du financement.

On parle alors de financement à 110% pour les ménages sans apports. C’est-à-dire que le crédit immobilier couvre 100% du montant du bien immobilier mais aussi le montant des frais liés à l’opération, qui sont très généralement estimés à 10% du montant total, soit l’appellation de financement à 110%. Par exemple, pour une maison pavillon d’une valeur de 180 000 €, le montant du crédit avec apport sera de 180 000€. Sans apport, la banque va devoir inclure tous les frais dans le montant du crédit immobilier, elle proposera un prêt de 198 000 € (110%) à son client pour lui permettre de couvrir tous les frais.

Un comparatif des offres de crédits et une première estimation de financement permettront d’évaluer la faisabilité du projet immobilier d’un foyer sans apport, la demande est gratuite et sans engagement auprès de chaque établissement financier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *